David Malpass, un proche de Trump à la présidence de la Banque mondiale?

David Malpass, un proche de Trump à la présidence de la Banque mondiale?

0
La Maison Blanche a nommé David Malpass comme candidat au poste de président de la Banque mondiale, mercredi 6 février. REUTERS/Jim Young

La démission inattendue de Jim Yong Kim de la présidence de la Banque mondiale en janvier alors que son mandat n’expirait que fin 2022 a déclenché à Washington une recherche rapide de successeur. Donald Trump a choisi mercredi un de ses proches, David Malpass, numéro deux du Trésor comme candidat.

 

David Malpass a de bonnes chances d’être choisi par le conseil d’administration de la Banque mondiale si les Européens ne s’y opposent pas, car pour le moment, aucun autre candidat ne s’est déclaré. Traditionnellement, un Américain dirige la Banque mondiale, alors qu’un Européen dirige le Fonds monétaire international. Cet arrangement vieux de 75 ans est critiqué par les pays émergents. Mais ces derniers n’ont pas encore de candidat à proposer pour le poste.

Agé de 62 ans, ancien des administrations Reagan et Bush père, économiste qui a travaillé à Wall Street, David Malpass parle aussi espagnol, français et russe. Il a souvent critiqué la Banque mondiale qu’il juge trop bureaucratique. Et surtout qui, à ses yeux, prête trop à des pays relativement riches, qui ont par ailleurs accès au marché privé des capitaux.

Idéologiquement proche de Donald Trump, il est critique du fait que la Chine soit toujours le premier emprunteur de la Banque mondiale alors que Pékin par ailleurs prête à de nombreux pays pauvres, en Afrique et en Amérique latine par exemple, mais dans des conditions qui sont favorables aux exportateurs chinois et aux intérêts stratégiques de Pékin.

David Malpass a fait accepter l’an dernier aux républicains les plus conservateurs du Congrès une augmentation de capital pour la Banque mondiale. Il dit vouloir aujourd’hui réformer l’institution pour qu’elle serve mieux les pays qui en ont le plus besoin.

Les prétendants ont jusqu’au 14 mars pour déposer leur dossier avant une décision attendue pour mi-avril.

 

 

Source : RFI

Réveil d’Afrique info

Facebook Comments

Leave a Reply

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A Lire Aussi

Centrafrique : onze groupes armés demandent la démission du Premier ministre

Onze des quatorze groupes armés signataires de l’accord