Candidature de Bouteflika: le Premier ministre renvoie les manifestants aux urnes

Candidature de Bouteflika: le Premier ministre renvoie les manifestants aux urnes

0
Le Premier ministre Ahmed Ouyahia, lors d'une conférence de presse à Alger, le 2 février 2019. © RYAD KRAMDI / AFP

En Algérie, 4 jours après la manifestation qui a réuni des centaines de milliers de personnes dans tout le pays contre un 5e mandat, le Premier ministre Ahmed Ouyahia était devant le Parlement ce lundi pour un discours de politique générale. Il a évoqué les manifestations, mais estimé que c’était par le vote qu’il fallait trancher.

Face aux députés, Ahmed Ouyahia, le Premier ministre a reconnu le nombre important de manifestants et le fait que les manifestations s’étaient déroulées dans le calme. C’est la première réaction officielle. Il a affirmé que manifester était un droit. Il a salué le travail des forces de l’ordre. Mais il n’a ensuite laissé que peu d’espoir au scénario d’un retrait du candidat Bouteflika.

« Chacun a le droit de défendre son candidat et chacun a le droit de s’opposer au candidat auquel il souhaite s’opposer, à condition que cela s’exprime par les urnes, de manière pacifique et de manière civilisée. », a-t-il déclaré.

Il a également mis en garde contre de possibles dérapages et appelle les Algériens à la vigilance, notamment parce que les appels à manifester sont anonymes, en faisant référence à la décennie de terrorisme qu’à vécu le pays.

Enfin, Ahmed Ouyahia a répondu à ce qu’il entend comme « une demande de réformes ». Pour le Premier ministre algérien, cette demande trouvera une réponse dans la grande conférence nationale inclusive annoncée lors de la candidature officielle du président Bouteflika. La première dans l’histoire de l’Algérie. « Cette conférence est ouverte à tout le monde » a-t-il souligné.

 

 

Source : RFI

Réveil d’Afrique Info

Facebook Comments

Leave a Reply

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A Lire Aussi

Centrafrique : onze groupes armés demandent la démission du Premier ministre

Onze des quatorze groupes armés signataires de l’accord