Présidentielle au Nigeria: les premiers résultats arrivent au compte-gouttes

Présidentielle au Nigeria: les premiers résultats arrivent au compte-gouttes

0
Le président de la Commission électorale (INEC), Mahmood Yakubu, à Abuja, le 25 février 2019. © Kola SULAIMON / AFP

Au Nigeria, c’est samedi que les électeurs ont voté pour les législatives et la présidentielle. Au total, 72 candidats sont en lice pour la magistrature suprême, mais deux personnalités sortent du lot, surtout le président sortant Muhammadu Buhari et Atiku Aboubakar, principal candidat de l’opposition. Deux candidats issus du Nord, qui revendiquent déjà la victoire, même si ce ne sont que des déclarations politiques.

La Commission électorale a commencé à égrener les résultats de l’élection présidentielle reçus dans la nuit de dimanche à lundi, lors d’une cérémonie officielle très protocolaire dans le centre de conférence d’Abuja, à la mi-journée lundi 25 février.

Les Etats d’Ekiti et de Osun ont par exemple été passés au crible. Le nombre de voix obtenues par les 71 partis politiques dans ce scrutin ont été détaillées. Le tout sous les yeux patients et concentrés de plusieurs centaines de leaders de partis politiques.

On s’en doute, cette procédure prend énormément de temps. La suite des annonces interviendra quand les résultats des autres Etats seront publiés. Les électeurs devront donc encore faire preuve de patience avant d’obtenir des résultats globaux et représentatifs.

L’opposition conteste déjà les premiers résultats

Ce que l’on peut dire, c’est que jusque-là, Muhammadu Buhari est en tête dans sept des 36 Etats que compte la République fédérale.

Dans le sud-ouest, il rafle les Etats d’Ekiti et Osun ; dans le centre celui de Kogi et Nassarawa ; dans le nord, il conserve l’Etat de Gombe et de Yobe ; dans le centre-nord, l’Etat de Kwara. On peut déjà dire que Muhammadu Buhari marque un point en se maintenant dans cet Etat, puisque c’est le bastion de Bukola Saraki, l’actuel président du Sénat avec lequel Buhari était à couteaux tirés pendant tout son mandat. En juillet dernier, Bukola Saraki avait mené une fronde contre le président, emportant derrière lui 14 sénateurs et 37 députés qui ont quitté l’APC pour rejoindre l’opposition du PDP.

De son côté, Atiku Abubakar, principal candidat de l’opposition, remporte le territoire fédéral d’Abuja. C’est une victoire symbolique, puisque Abuja centralise les activités politiques et administratives du pays.

Il est encore trop tôt pour se faire une idée bien précise des résultats sur l’ensemble du pays, puisque le décompte Etat par Etat se poursuit encore lundi soir.

Alors que les résultats ne sont que partiels, ce lundi soir, le PDP a fait savoir qu’il contesterait les résultats, affirmant avoir des « preuves » que « les résultats ont été manipulés ». « Dans l’Etat d’Abia, les conclusions de l’élection ont été suspendues, tout comme dans plusieurs autres Etats où les résultats de bureaux de vote ont été annulés afin de maintenir l’APC au pouvoir, a affirmé Uche Secondus, secrétaire national du PDP. Ceci est pour nous inacceptable ».

Le parti au pouvoir dénonce une démarche qui vise à « discréditer et à déstabiliser » le processus électoral.

De son côté, Washington met en garde les partis qui tenteraient d’aller à l’encontre de la loi électorale en annonçant leur victoire avant l’annonce officielle par la Commission électorale.

Le scrutin s’est bien déroulé selon les observateurs

De manière générale, les observateurs estiment que les élections se sont bien déroulées. La mission d’observation de la Cédéao juge le processus électoral transparent.

Les missions américaines ont tout de même exprimé ce lundi matin leurs préoccupations face aux discours de haine prononcés par certains partis politiques. Des inquiétudes enfin concernant la profusion de fausses informations sur les réseaux sociaux.

 

 

Source : RFI

Réveil d’Afrique Info

Facebook Comments

Leave a Reply

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A Lire Aussi

Centrafrique : onze groupes armés demandent la démission du Premier ministre

Onze des quatorze groupes armés signataires de l’accord